Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-03-21T07:47:27+01:00

JOURNEE EAU ET FORET

Publié par EVE
JOURNEE EAU ET FORET
JOURNEE EAU ET FORET

La forêt est un couvercle protecteur naturel de l’eau potable. Cette ressource mérite une attention particulière pour en garantir et pérenniser la qualité.

Si la forêt joue un rôle protecteur, son mode d’exploitation peut engendrer des pollutions importantes et nous priver d’une ressource alternative à celle située dans lacs ou les cours d’eau. . La qualité de l’eau dépend de facteurs environnementaux mais aussi des activités humaines. Dans la plupart des cas, la forêt joue un rôle protecteur passif car les activités humaines y demeurent restreintes. Elle nécessite peu d’intrants comme les produits phytosanitaires. Cependant, sa gestion par l’homme a une incidence directe sur la quantité et la qualité de l’eau potable transitant depuis l’atmosphère jusqu’à la nappe phréatique. En fonction des modes de sylviculture, le rôle de filtre du milieu forestier sera soit préservé soit dénaturé. Contrairement aux idées reçues, l’eau de pluie est chargée de substances utiles, inoffensives ou polluantes, récoltées durant son séjour dans l’atmosphère ou lors de son ruissellement sur la végétation.Le sol forestier a une double fonction de filtration. Par l’activité des bactéries, des champignons et des invertébrés qui le composent, il réalise un vrai travail de recyclage des composés organiques ou minéraux contenus dans l’eau de pluie. Le sol est aussi capable de stocker certaines substances notamment par absorption sur les particules minérales et organiques qui le forment. Seules les particules qui ne peuvent ni être utilisées par les plantes ou stockées dans le sol atteignent les eaux souterraines.

L’usage de pesticides a des conséquences néfastes sur l’environnement (contamination des eaux souterraines, baisse des populations d’abeilles, d’oiseaux et d’insectes) et a un impact avéré sur la santé (problèmes d’infertilité ou de développement, cancers et autres).
Des alternatives existent :

Le paillage : couvrir la terre pour empêcher les herbes indésirables de pousser Les plantes couvre-sol Le faux semis : faire lever les plantes indésirables et les arracher avant le vrai semis Le binage : biner par temps sec et chaud pour favoriser le dessèchement des herbes Le désherbage thermique : sur les allées, arroser avec de l'eau chaude additionnée de gros sel Le purin d'angélique : faire macérer 1 kg d'angélique dans 10 litres d'eau L'eau de cuisson des pommes de terre possède des vertus herbicides encore plus efficaces lorsque l'eau est bouillante L’association de plantes ayant la propriété d’éloigner certaines insectes

L’eau, une composante majeure de la gestion des forêts La préservation et la restauration des milieux aquatiques Une attention constante pour assurer la qualité des eaux

La prise en compte des contraintes liées à l'eau est nécessaire au moment de fixer les objectifs de gestion de la forêt, notamment pour le choix des essences et lorsque la forêt peut contribuer en zone de montagne à limiter les risques naturels. L’aménagement forestier tient compte des ressources disponibles en eau Le facteur eau (précipitations et réserves en eau du sol) est un élément déterminant pour la répartition naturelle des essences forestières. Il est donc indispensable pour les forestiers de comprendre la circulation et le rôle de l'eau au niveau de l'arbre et des forêts qu'ils gèrent.
. Le gestionnaire forestier peut encore exercer un rôle actif tout au long de la vie du peuplement. Notamment en régulant les compétitions pour l'eau, les éléments minéraux et la lumière exercées par les espèces végétales concurrentes des arbres, et en conduisant une sylviculture active. Un peuplement plus clair résistera par exemple mieux à un déficit en eau qu'un peuplement trop dense. Le forestier agit donc activement sur la gestion de l'eau, en conduisant une sylviculture attentive à la compétition entre les essences forestières et en préservant les caractéristiques physiques du sol notamment lors des travaux d'exploitation. Il s'agit d'éviter le compactage des horizons du sol et la mortalité des racines superficielles. Par ailleurs, le réseau de desserte doit être adapté en fonction des caractéristiques des stations forestières. La sylviculture peut contribuer à la maîtrise des risques naturels associés à l'eau

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog