Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-04-15T08:30:12+02:00

BON ANNIVERSAIRE POUPOU

Publié par EVE
BON ANNIVERSAIRE POUPOU
BON ANNIVERSAIRE POUPOU
BON ANNIVERSAIRE POUPOU

~~Bien des coureurs aimeraient avoir son palmarès (Vuelta, championnat de France, San Remo, Flèche Wallonne, Paris-Nice) mais il n'a jamais gagné le Tour, pas même porté le maillot jaune. Pourtant depuis toujours, le chouchou LE JAUNE du public, c'est POUPOU Sous la collection de pansements, les plaies ouvertes d'une injustice historique. Écrasé par une moto, la veille, dans l'étape d'Albi, Raymond Poulidor a pris le départ vers Aurillac en ce lundi 15 juillet 1968, et il grimace sous la pluie à l'approche de Montbazens. Personne ne le sait encore mais le Limousin qui ne repartira pas le lendemain ne retrouvera plus une telle occasion de gagner le Tour de France. «On m'a alors parlé de malchance, mais quand je revois cette chute, je trouve plutôt que j'ai eu de la… chance. J'aurais pu y rester … Et puis, si j'avais gagné deux ou trois Tours, vous ne seriez pas là aujourd'hui et le public m'aurait peut-être oublié». Le public ne l'oubliera pas. C'est entendu. Chaque mois de juillet, c'est encore lui qui signe le plus d'autographes sous sa tente d'ambassadeur de la banque d'un… maillot jaune qu'il n'a pas réussi à porter. «Le jour où je ne viendrai plus sur le Tour, ce sera fini…» De retour sur Paris-Roubaix après des années d'absence, il a vérifié sur les pavés les pics vertigineux de sa cote de «poupoularité». Une casquette Mercier, une assiette de 1975 à son effigie, une carte publicitaire où il vante les rasoirs Bic , ce fils de modestes agriculteurs qu'un instituteur avait abonné à «Miroir Sprint» est entouré d'objets devenus culte. Lui qui compte en milliers le nombre de selfies qu'il accorde sur les étapes de sa longue route tranquille Jamais il a battu Jacques Anquetil à Paris (le Normand, malade, lui avait lâché lors de sa dernière visite, «mon pauvre Raymond, je crois bien que tu vas encore terminer deuxième…») mais de n'avoir aucune image de sa rencontre avec… Salvador Dali. «Un moment étonnant, c'est lui qui avait demandé à me connaître…» Celui que des esprits bien réducteurs ont baptisé «l'éternel second» s'est installé pour toujours sur le trône du premier des cœurs. Les spécialistes ne s'expliquant pas comment des gosses de sept ou huit ans lui courent toujours après en l'appelant Poupou presque quarante ans après sa retraite. Bon anniversaire MONSIEUR RAYMOND Huitantenaire ce jour, vous êtes au présent le N° 1 dans le cœur des Français, le sport propre, la combattivité

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog