Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2017-05-31T21:05:13+02:00

PROLOGUE TOUR LUXEMBOURG

Publié par EVE
KIRSCH Alex WVA WB VERANCLA
KIRSCH Alex WVA WB VERANCLA

KIRSCH Alex WVA WB VERANCLA

Damien Gaudin (Armée de Terre) a remporté ce mercredi soir le prologue du Skoda-Tour du Luxembourg ( , disputé dans les rues de Luxembourg-Ville, sur une distance de 2,1 km. Il a devancé Greg Van Avermaet et Jempy Drucker (BMC Racing Team).
Damien Gaudin endosse le premier maillot jaune de leader.

Alex Kirsch naît le à Luxembourg au Luxembourg BEAU TOP 10 Alex Kirsch sera le coureur régional par excellence du Skoda Tour du Luxembourg  . Le grand Luxembourgeois, qui avait, entre autres, impressionné au Grand Prix Samyn 2017 (2e), a terminé 3e de l’épreuve Grand-Ducale en 2016 Classement du prologue :
1 GAUDIN Damien ADT ARMEE DE TE les 2,100 km en 3'00'' (moy. 41,89 km/h)
2 VAN AVERMAET Greg BMC BMC RACING 03:01 00.00
3 DRUCKER Jempy BMC BMC RACING 03:04 00.03
4 *ALLEGAERT Piet SVB SPORT VLAAN 03:05 00.04
5 *THOMAS Benjamin ADT ARMEE DE TE 03:05 00.04

6 *KIRSCH Alex WVA WB VERANCLA 03:06 00.05
7 *DECLERCQ Benjamin SVB SPORT VLAAN 03:06 00.05
8 DELFOSSE Sébastien WVA WB VERANCLA 03:08 00.07
9 *VAN LERBERGHE Bert SVB SPORT VLAAN 03:08 00.07
10 PASQUALON Andrea WGG WANTYGROUPE 03:08 00.08
11 DUIJN Huub VWC VERANDA'S W 03:08 00.08
12 *VAN HOOYDONCK Nath BMC BMC RACING 03:08 00.08
13 LIGTHART Pim RNL ROOMPOT NED 03:09 00.08
14 DE VRIES Berden RNL ROOMPOT NED 03:09 00.08
15 *WIRTGEN Tom LPC LEOPARDPRO 03:09 00.09
16 BAGOT Yoann COF COFIDIS,SOL 03:10 00.09
17 *MEURISSE Xandro WGG WANTYGROUPE 03:10 00.10
18 *FARAZIJN Maxime SVB SPORT VLAAN 03:11 00.10
19 *FREIENSTEIN Raphael LKH TEAM LOTTO- 03:11 00.10
20 CANAL Fabien ADT ARMEE DE TE 03:11 00.11


 

Voir les commentaires

2017-05-31T05:39:00+02:00

JENS VOIGT

Publié par EVE
JENS VOIGT
JENS VOIGT
JENS VOIGT
JENS VOIGT

JENS VOIGT

 

Jens Voigt est né le 17 septembre 1971 à Grevesmühlen (Allemagne). Professionnel de 1997 à 2014.

 

Connu pour ses victoires acquises au prix de nombreuses échappées, cet excellent rouleur a remporté deux étapes du Tour de France (en 2001 et 2006) et le Tour de Pologne 2008. Voigt est également un grimpeur correct, ce qui lui a permis de gagner cinq fois le Critérium international ainsi que le Tour d'Allemagne en 2006 et en 2007.

 

Le 18 septembre 2014, il bat le record de l'heure à Granges en Suisse. Son record est battu deux mois plus tard par l'Autrichien Matthias Brändle.

 

Jeunesse et carrière amateur :

 

Originaire de la province du Mecklembourg , située dans l'ancienne République démocratique allemande (RDA), Jens Voigt, comme plusieurs champions allemands des années 1990 a été formé dans le contexte éducatif et sportif de ce pays. Détecté très jeune, il obtient sa première victoire à l'âge de neuf ans, il progresse si bien qu'il intègre une section d'études sportives à Berlin à 14 ans. À la fin de ses études, il effectue son service militaire dans une unité pour sportifs. Junior, ses qualités de rouleur sont remarquées par les sélectionneurs de l'équipe nationale.
En 1989, il est intégré dans l'équipe de la RDA pour le championnat du monde junior du contre-la-montre par équipe. Disputée sur le circuit de Krylatskoïe, près de Moscou, dominée par l'équipe d'Italie, où l'on remarque Andrea Peron, Davide Rebellin, l'épreuve chronométrée livre un verdict en demi-teinte pour les jeunes coureurs est-allemands (Steffen Wesemann, Frank Schinck, Jan Schaffrath, Jens Voigt) qui prennent la sixième place. Devant eux, outre le tiercé des équipes d'Italie, des Pays-Bas, de l'Union soviétique, s'intercalent les Tchécoslovaques et une équipe des États-Unis où ont place des hommes que Jens Voigt va retrouver au cours de sa carrière, Lance Armstrong, Bobby Julich. En 1990, encore junior, il est sélectionné dans l'équipe n° 2 de la RDA pour disputer une épreuve internationale : le Chrono olympique de Forst, calqué sur l'épreuve olympique des 100 km contre-la-montre en équipes, permettait aux sélectionneurs nationaux de tester et d'ajuster les équipes disputant le championnat du monde de la spécialité6 Il y prend une encourageante deuxième place.

 

Il poursuit quelques années sa carrière cycliste dans la catégorie amateurs. En 1991, avec l'équipe numéro 1 d'Allemagne (réunifiée) (Bernd Dittert, Siegfried Höbel, Jörg Welda, Jens Voigt), il remporte le Chrono « olympique » de Forst : c'est sa première grande victoire internationale. Il se place en fin de saison 5ème de la Grundig-Cup, un challenge basé sur les résultats de l'année. L'année suivante, il est second du championnat d'Allemagne du contre la montre par équipes. Avec la même équipe du club Berliner TSC, en 1993 il est Champion d'Allemagne dans l'épreuve des 100 km contre la montre par équipes. Malgré ce titre, il semble marquer le pas en cette année 1993, où il remporte un seul résultat, une étape au Tour de La Westphalie orientale-Lippe qu'il termine à la 6ème place. Mais durant la saison 1994, il franchit une étape importante de sa carrière cycliste.

 

En 1994, ses résultats montrent que de bon équipier, il peut accéder au statut de leader. Il remporte en avril le Tour de Basse-Saxe, devant Jan Ullrich. En mai il gagne la Course de la Paix, course par étapes « phare » chez les amateurs. Sur cette course disputée en 10 jours, Jens Voigt, sélectionné dans l'équipe d'Allemagne, prend la tête de la course au soir de la 5ème étape, il la consolide le lendemain en terminant 3ème de l'étape contre-la-montre, pour ne plus la quitter. Il continue sur sa lancée et remporte le championnat régional de Berlin. 55ème du championnat du monde amateur sur route 1994, il s'adjuge en octobre une autre course à étapes significative, le Pacific Power-Commonwealth Brank Tour. Au terme de la 16ème étape finale sa première place au classement général ne souffre pas la contestation ; il devance le Suédois Michael Andersson de plus de cinq minutes, le troisième est à plus de neuf minutes. Il termine la saison à la 3ème place du classement de la Rad-Bundesliga et à la 2ème place du Brügelmann-Champion-Wertung 1994.


En 1995, il se distingue en début de saison sur les routes françaises : remportant une étape du Tour de Normandie, il est second au classement final. Il ajoute à sa moisson la 5ème étape du Tour de Rhénanie-Palatinat, où il se classe à la 3ème place finale, et gagne le Tour du Harz. Il remporte la 1ère étape du Charity-Radtour, en Autriche, épreuve internationale qu'il achève à la 3ème place. Il pointe à la 5ème place du classement annuel de la Bundesliga.
En 1996, il est deuxième du championnat du monde militaires. Et il obtient des résultats intéressants qui, joints aux bouleversement par l'UCI des catégories « amateurs » et « espoirs » et à la nouvelle classification des courses, lui font franchir pas vers le professionnalisme : 3ème du Rapport Toer, en Afrique du Sud, où il remporte une étape, 6ème du Tour de Basse-Saxe, où il remporte avec l'équipe allemande l'étape contre la montre par équipes, 8ème de la Course de la Paix, 4ème du Tour de Rhénanie-Palatinat, où il remporte la première étape, vainqueur du Tour de Saxe (où il gagne aussi le prix de la montagne), 7ème du Tour de Hesse, où il remporte la 3ème étape, 6ème du championnat d'Allemagne sur route, il achève sa saison en Australie par une 2ème place du Pacific Power-Commonwealth Brank Tour en y remportant là aussi le prix de la montagne.

 

À la fin de l'année 1996, 2ème du Brügelmann-Champion-Wertung, il est engagé comme stagiaire par l'équipe Giant-AIS, qui lui fait signer un contrat professionnel pour la saison suivante.

 

 

 

 

 

 

1997 : début de carrière professionnelle :

 

Jens Voigt devient professionnel au début de l'année 1997 dans l'équipe australienne ZVVZ Giant. Pendant cette saison, il remporte sa première victoire professionnelle, le Tour de Basse-Saxe qu'il avait déjà gagné sous le statut amateur. Il assortit ce succès d'une victoire d'étape. Il participe une nouvelle fois à la Course de la Paix. Souvent placé dans les étapes, deux fois second (6ème et 8ème étapes), une fois 5ème, 2 fois 6ème, il termine la course en montant sur la troisième marche du podium. Il termine second du Tour de Langkawi, 7ème du Tour du Poitou-Charentes, où il se fait remarquer aux avant-postes, et 9ème du Championnat d'Allemagne.

 

En fin de saison, le sponsor ZVVZ se retire de l'équipe Giant. Jens Voigt est engagé par l'équipe française Gan.

 

De 1998 à 2003 au Crédit agricole :

 

1998 : Première saison chez Gan, premier Tour de France :

 

Durant sa première saison chez Gan, Jens Voigt participe à son premier Tour de France. Durant cette course marquée par l'« affaire Festina », il est échappé lors de la neuvième étape. Deuxième à l'arrivée, battu par Léon van Bon, il devient le premier Allemand à porter le maillot à pois du Tour. Il le perd dès le lendemain. Il termine le Tour à la 83ème place. Par ailleurs si son palmarès ne s'orne que d'une victoire d'étape au Tour du Pays basque, il doit sa sélection dans l'équipe du Tour à une 4ème place de Paris-Camembert et surtout une 7ème place au Critérium du Dauphiné libéré. Il termine la saison par une 2ème place à la Polymultipliée. Cette première année dans l'équipe dont le leader est Chris Boardman lui fait connaître (et terminer) notamment les grandes classiques Milan-San Remo, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie. Il est classé 61ème du classement mondial de l'UCI.

 

1999 : Première victoire au Critérium international :

 

L'équipe Gan est reprise par un autre sponsor, Crédit agricole. Sous ce nouveau maillot Jens Voigt remporte le Critérium international. Au Tour de France, qu'il termine à la 60ème place, il se signale à la fin de l'épreuve en terminant 9ème de l'étape contre-la-montre au Futuroscope. C'est associé à Chris Boardman qu'il remporte deux courses contre-la-montre en duo, le Grand Prix Breitling à Karlsruhe et le Duo normand et qu'il termine 3ème du Grand Prix Eddy Merckx à Bruxelles. Contre-la-montre encore, mais individuellement il termine 3ème du Grand Prix des Nations. Il entre dans le « top 10 » de plusieurs grandes épreuves internationales, cumulant les 9ème places à Paris-Nice, à la Flèche wallonne et au Championnat du monde contre-la-montre « élite ». Il pointe en fin de saison à la 41ème place du classement mondial de l'UCI.

 

2000 : Une année en demi-teinte :

 

Sa troisième participation au Tour de France se solde d'une nouvelle 60ème place au classement final. À son actif sur ce Tour une 4ème place lors de la 18ème étape à Fribourg-en-Brisgau et une 5ème place au classement final de la ... « combativité ». Il remporte le Tour de Bavière, le Grand Prix de Cholet-Pays de Loire et une étape de Tirreno-Adriatico, termine 2ème du Circuit de la Sarthe et 2ème du Grand Prix Eddy Merckx (associé à Chris Boardman), 3ème du Mémorial Josef Vögli (en duo avec Chris Boardman encore), 7ème du Championnat du monde contre-la-montre, il est sélectionné pour les Jeux olympiques de Sydney, où il est classé 56ème de l'épreuve individuelle en ligne remportée par son coéquipier Jan Ullrich. C'est à peu près son classement mondial UCI en fin d'année (53ème). En retrait de l'année antérieure.

 

2001 : Première victoire d'étape sur le Tour de France et une saison à succès :

 

En juillet 2001, Jens Voigt dispute son quatrième Tour de France. Lors de la deuxième étape, il fait partie avec d'un groupe de seize coureurs, dont ses équipiers Stuart O'Grady, Anthony Morin et Bobby Julich, qui s'échappe à 58 km de l'arrivée, située à Anvers en Belgique. Les coureurs du Crédit agricole font en sorte de maintenir une avance suffisante (22 secondes à l'arrivée) pour que Stuart O'Grady s'empare du maillot jaune. L'équipe Crédit agricole remporte ensuite à Bar-le-Duc la cinquième étape, un contre-la-montre par équipes lors duquel elle devance les équipes ONCE, Festina et US Postal. L'Australien Stuart O'Grady, maillot jaune depuis l'avant-veille, voit ainsi sa première place confortée et est désormais suivi au classement par deux coéquipiers : Jens Voigt et l'Américain Bobby Julich. Deux jours plus tard, Voigt termine deuxième à Colmar, 11 secondes après Laurent Jalabert et avec plus de 4 minutes d'avance sur le peloton. Il s'empare par conséquent du maillot jaune, aux dépens d'O'Grady. Le lendemain, ce dernier le récupère en faisant partie de l'« échappée de Pontarlier », formée de 14 coureurs et qui arrive avec plus de 30 minutes d'avance sur le peloton. O'Grady porte le maillot jaune durant deux étapes, et le perd à L'Alpe d'Huez. Il porte ensuite le maillot vert, qu'il cède le dernier jour à Erik Zabel. Lors de la seizième étape, Jens Voigt fait partie d'un groupe de sept coureurs échappés qui effectue plus de 160 km en tête de la course. Il s'en extrait avec l'Australie Bradley McGee, qu'il distance en fin de parcours. Il remporte cette étape à Sarran (Corrèze), avec plus de 25 minutes d'avance sur le peloton. Il termine ce Tour à la 46ème place, son meilleur classement jusqu'alors.
Par ailleurs il remporte plusieurs épreuves : le Grand Prix des Nations, le Duo normand (avec Jonathan Vaughters), le Tour de Bavière, où il gagne une étape, le Tour du Poitou-Charentes, une étape au Critérium du Dauphiné libéré, à la Route du sud, au Tour de Pologne (qu'il termine à la 2ème place finale). Il est classé 3ème au Critérium international et au Grand Prix de Fourmies. Le classement mondial de l'UCI enregistre sa progression : il achève l'année à la 15ème place.

 

2002 : Année « sans » :

 

Après un bon début de saison, 6e de Paris-Nice, Jens Voigt remporte la 3ème étape (contre-la-montre) du Critérium international qu'il termine à la 4ème place finale. Mais cette victoire est la seule de sa saison. 2ème du Tour de Bavière, 4ème du Tour d'Allemagne au printemps, il participe pour la cinquième fois au Tour de France. Il le termine à la 110ème place. Au classement mondial de l'UCI il rétrograde à la 75ème place.

 

2003 : Dernière saison sous les ordres de Roger Legeay :

 

De nouveau brillant au Critérium international où il enlève la 3ème étape, terminant 2ème de l'épreuve, 5ème du Tour de Bavière, 6ème du Circuit de la Sarthe et du Tour de Vendée, 7ème de la Route du sud, il obtient son billet pour le Tour de France. Mais il est contraint à l'abandon lors de la 11ème étape. Il ne réapparaît que fin août pour remporter le Tour du Poitou-Charentes, dont il gagne l'étape contre-la-montre. 4ème du Grand Prix Eddy Merckx (avec Christophe Moreau), il triomphe dans Paris-Bourges. Aux classements de fin de saison, il est 5ème de la Coupe de France et remonte à la 42ème place au « baromètre » international de l'UCI.

 

Sous la direction de Bjarne Riis de 2004 à 2010 :

 

2004 : Deuxième victoire au Critérium international :

 

Fin 2003, Jens Voigt signe pour la saison 2004 dans l'équipe danoise Team CSC, dirigée par Bjarne Riis et qui recrute également cette année-là les Italiens Michele Bartoli et Ivan Basso, en provenance de l'équipe Fassa Bortolo. Voigt réalise l'une des meilleures saisons de sa carrière. En mars, il est quatrième de Paris-Nice puis remporte le Critérium international en s'adjugeant deux des trois étapes, dont le contre-la-montre. Le mois suivant, il est vainqueur d'étape au Tour du Pays basque, dont il gagne également les classements de la montagne et des metas volantes. En mai, il remporte le Tour de Bavière et se classe deuxième du Tour d'Allemagne, derrière Patrik Sinkewitz. Après un nouveau podium au championnat d'Allemagne du contre-la-montre, derrière Michael Rich et Sebastian Lang, il participe au Tour de France. L'équipe CSC y place deux coureurs parmi les dix premiers du classement général : Ivan Basso, troisième, et Carlos Sastre, huitième. Voigt est 35ème, son meilleur classement jusqu'alors. Après la « Grande boucle », il signe un contrat pour deux saisons supplémentaires avec CSC. Il gagne avec Bobby Julich du Luk Challenge, un contre-la-montre disputé en duo, puis termine deuxième du Tour du Danemark, remporté par son coéquipier Kurt Asle Arvesen, et dont il gagne une étape contre-la-montre. En août, il fait partie de l'équipe d'Allemagne lors de la course en ligne des Jeux olympiques, avec Jan Ullrich, Erik Zabel, Andreas Klöden et Michael Rich. Il termine à la 64ème place tandis que Zabel remporte le sprint du peloton pour prendre la quatrième place. À la fin de l'année, Jens Voigt occupe la 19ème place du classement UCI. Il y est le deuxième coureur de la CSC, derrière Basso, et le deuxième Allemand, derrière Erik Zabel.

 

2005 : Podium sur Liège-Bastogne-Liège :

 

La saison 2005 inaugure l'UCI ProTour, qui remplace avec les circuits continentaux l'ancien calendrier international et la Coupe du monde. Les catégories d'équipes sont également modifiées. CSC, jusque-là en première division, obtient une licence ProTour qui lui permet, et l'oblige à participer à toutes les compétitions du calendrier ProTour. Jens Voigt commence sa saison en France. Il remporte une étape de l'Étoile de Bessèges en solitaire et termine cette course à la quatrième place du classement général. Il gagne ensuite le Tour méditerranéen, devant son coéquipier Fränk Schleck. Il enlève trois étapes, dont celle se terminant au mont Faron, ainsi que le contre-la-montre par équipes. Il participe ensuite à Paris-Nice, première course ProTour de l'année. Il en gagne le prologue, le classement par points, et termine à la quatrième place du classement général. Au Critérium international, il est deuxième du contre-la-montre et cinquième du classement général, dont Bobby Julich occupe la première place. En avril, il s'impose à nouveau en solitaire lors d'une étape du Tour du Pays basque. Il prend part ensuite aux classiques ardennaises. Lors de Liège-Bastogne-Liège, il attaque dans la côte de la Vecquée et n'est suivi que par Alexandre Vinokourov. Ils parcourent ensemble les 50 derniers kilomètres. À l'arrivée, Vinokourov s'impose au sprint. Voigt, deuxième, obtient là son meilleur résultat sur une classique « monument ». En mai, il gagne une étape contre-la-montre du Tour de Bavière. Au championnat d'Allemagne du contre-la-montre, le podium est identique à l'année précédente : Jens Voigt est devancé par Rich et Lang. Au Tour de France, l'équipe CSC a pour leader Ivan Basso. Huitième du prologue et deuxième du contre-la-montre par équipes avec CSC, Voigt figure parmi les premiers au classement général durant la première semaine de course. Lors de la neuvième étape, il s'échappe du peloton avec Christophe Moreau, dans l'ascension du Ballon d'Alsace, à la poursuite de Michael Rasmussen. Ils ne parviennent pas à le rattraper. Cependant, en arrivant à Mulhouse avec trois minutes d'avance sur le peloton, Voigt s'empare du maillot jaune porté jusque-là par Lance Armstrong. Il le perd dès l'étape suivante, en terminant cette première étape alpestre, à Courchevel, avec plus de trente minutes de retard. Le lendemain, il arrive hors délai et est éliminé. Ivan Basso termine deuxième de ce Tour, le septième que remporte Lance Armstrong. Vainqueur à nouveau du Luk Challenge avec Julich à la fin du mois, Voigt aide Ivan Basso à gagner le Tour du Danemark en août. En fin de saison, il prend part à la course en ligne des championnats du monde à Madrid avec l'équipe d'Espagne, et ne la termine pas. Il termine l'année à la 29ème place du classement du ProTour, qui ne prend en compte que les courses du calendrier ProTour et non toutes les courses du calendrier international comme l'ancien classement UCI. CSC est première du classement par équipes. Le contrat de Voigt avec l'équipe est prolongé jusqu'en 2007.

 

 

 

2006 : Première victoire sur le Tour d'Allemagne :

 

L'équipe CSC aborde la saison 2006 avec des ambitions pour les trois grands tours : Ivan Basso visera la victoire aux Tours d'Italie et de France, Carlos Sastre au Tour d'Espagne. L'intersaison a été marquée pour Voigt par une fracture à l'épaule, causée par une chute lors d'un cyclo-cross en novembre. Sa préparation hivernale a été retardée, rendant son début de saison difficile. Celui-ci démarre par un abandon lors du Challenge de Majorque, à cause d'une autre chute. Voigt participe ensuite à Paris-Nice, au Critérium international, remporté par Ivan Basso, au Tour du Pays basque et aux classiques ardennaises, dont l'Amstel Gold Race que gagne Fränk Schleck. Le meilleur résultat de Voigt durant cette période est la sixième place du contre-la-montre du Critérium international. Pour la première fois de sa carrière, il prend part au Tour d'Italie, afin d'aider Ivan Basso à le remporter, ainsi que le Tour de France deux mois plus tard. Basso remporte et domine ce Giro, terminant avec plus de neuf minutes d'avance sur le deuxième, José Enrique Gutiérrez. Il salue le travail de ses équipiers dont Voigt qui obtient une deuxième place au col de San Pellegrino, en ne disputant pas le sprint avec Juan Manuel Garate. La CSC remporte en outre le contre-la-montre par équipes. En juin, Jens Voigt obtient sa première victoire individuelle de l'année, l'étape contre-la-montre du Ster Elektrotoer, qu'il termine à la dixième place. Il remporte ensuite avec ses coéquipiers le contre-la-montre par équipes d'Eindhoven et termine le mois avec deux troisièmes places aux championnats d'Allemagne sur route. À quelques jours du Tour, le développement de l'« affaire Puerto » amène la CSC à revoir ses plans. Alors qu'il remporte le Tour d'Italie, Basso est cité par la presse espagnole parmi les coureurs soupçonnés par la police espagnole d'avoir été client du docteur Eufemiano Fuentes, acteur central d'un réseau de dopage arrêté en mai. La veille du départ, Basso, considéré comme étant impliqué dans l'affaire par l'Union cycliste internationale, est exclu du Tour, comme d'autres favoris dont l'Allemand Jan Ullrich, l'Espagnol Francisco Mancebo. Comme les autres coureurs exclus, Basso ne peut pas être remplacé. CSC prend donc le départ du Tour avec huit coureurs. L'équipe obtient trois victoires d'étapes lors de ce Tour, dont une par Jens Voigt à l'issue d'une échappée qui permet à l'Espagnol Óscar Pereiro de remporter le Tour. Avec la quatrième place finale de Sastre, CSC s'estime satisfaite de ce Tour. En août, Voigt dispute le Tour d'Allemagne. Vainqueur de la deuxième étape, il prend la tête du classement général trois jours plus tard. Il gagne les deux étapes suivantes, dont un contre-la-montre, et s'impose au classement général. Trois jours après cette course, il gagne le Tour de la Hainleite, puis le Tour de Bochum le lendemain. En septembre, il prend part au Tour de Pologne et au Drei-Länder-Tour. Sélectionné en équipe d'Allemagne pour les championnats du monde, il déclare forfait. CSC est une nouvelle fois première au classement du ProTour. Jens Voigt est 31ème du classement individuel.

 

2007 : Deuxième victoire au Tour d'Allemagne :

 

En février 2007, Voigt dispute le Tour de Californie, qu'il termine à la deuxième place, derrière Levi Leipheimer, tout en ayant remporté la 3ème étape. En mars, il est sixième du Tour de Murcie et de Tirreno-Adriatico. Vainqueur de la deuxième étape du Critérium international au début du mois d'avril, il remporte le classement général de cette course pour la troisième fois. Il dispute ensuite le Tour du Pays basque, dont il gagne une étape, et les classiques ardennaises. Après le Tour de Suisse et les championnats d'Allemagne, il prend le départ de son dixième Tour de France, avec Carlos Sastre et Fränk Schleck pour leaders. Durant la première semaine de course, l'équipe CSC défend le maillot jaune de Fabian Cancellara, vainqueur de deux étapes. En figurant dans des échappées, Voigt se classe cinquième et quatrième des dixième et dix-septième étapes. Il termine 27ème de ce Tour, son meilleur classement à cette course, à un peu plus d'une heure du vainqueur Alberto Contador. Carlos Sastre est quatrième. En août, Jens Voigt défend son titre au Tour d'Allemagne, et dit craindre que la course ne soit plus difficile pour lui qu'en 2006 à cause de l'arrivée au glacier de Rettenbach, à 2 671 mètres d'altitude. Il prend la tête du classement général à l'issue de la deuxième étape, un contre-la-montre par équipes remporté par CSC. Lors de l'étape de montagne redoutée, il se classe deuxième en rivalisant avec des coureurs réputés meilleurs grimpeurs que lui, tels que Levi Leipheimer, récent troisième du Tour de France. Il garde par conséquent sa première place au classement général et assure sa victoire finale en gagnant l'avant-dernière étape, courue contre-la-montre. En septembre, il prend part au Tour de Pologne, où il finit douzième, et au Drei-Länder-Tour, qu'il termine à la deuxième place. Il achève sa saison aux championnats du monde, où l'équipe d'Allemagne a pour leaders Erik Zabel et Stefan Schumacher. Il abandonne au cours de la course en ligne.

 

2008 : Dans l'équipe victorieuse sur le Tour de France :

 

Jens Voigt commence sa saison 2008 avec le Tour de Californie et Paris-Nice. En mars, il obtient une quatrième victoire au Critérium international. En mai, il prend part au Tour d'Italie, dont il gagne la 18ème étape. Après le Tour de Suisse en juin, il est cinquième et sixième des championnats d'Allemagne de la course en ligne et du contre-la-montre. Il prend part au succès de l'équipe CSC au Tour de France. Elle remporte le classement général avec l'Espagnol Carlos Sastre, vainqueur d'étape à l'Alpe d'Huez. Au départ de celle-ci, l'équipe disposait encore de deux autres chances de victoires avec les frères Schleck, qui finissent aux cinquième et onzième places. CSC remporte le classement par équipes. Jens Voigt est sélectionné pour représenter l'Allemagne aux Jeux olympiques à Pékin, avec Fabian Wegmann, Gerald Ciolek, Bert Grabsch et Stefan Schumacher. Il prend part à la course en ligne, qu'il ne termine pas. Après le Tour d'Allemagne et la Vattenfall Cyclassics, il remporte le Tour de Pologne, en y gagnant une étape individuelle et le contre-la-montre par équipes d'ouverture. Ayant décliné une nouvelle sélection en équipe d'Allemagne, il ne prend pas part aux championnats du monde.

 

 

 

 

 

2009 : Cinquième victoire sur le Critérium international :

 

En 2009, l'équipe CSC devient Saxo Bank. Jens Voigt commence la saison au Tour Down Under puis dispute le Tour de Californie, dont il prend la quatrième place, et Paris-Nice, où il est sixième. Au début du printemps, Jens Voigt remporte le Critérium international pour la cinquième fois. Il égale le record de Raymond Poulidor et Émile Idée, vainqueurs cependant à l'époque où cette course n'était pas internationale. En mai, après le Tour de Romandie, il dispute son troisième Tour d'Italie, qu'il termine à la 48ème place. Le mois suivant, il finit septième du Tour de Slovénie et monte sur le podium du championnat d'Allemagne du contre-la-montre, derrière Bert Grabsch et Tony Martin. En juillet, il prend le départ du Tour de France à Monaco. Avec ses coéquipiers, il est troisième du contre-la-montre par équipes. Les leaders de Saxo Bank, Andy et Fränk Schleck, finissent aux deuxième et sixième places du classement général. Voigt ne termine pas ce Tour : lors de la seizième étape, il est victime d'une chute dans la descente du col du Petit-Saint-Bernard. Brièvement inconscient, il souffre d'une fracture de la mâchoire et d'un traumatisme crânien. Il reprend la compétition en septembre, au Tour du Missouri.

Depuis 2011 : chez Leopard puis RadioShack puis Trek-Racing :

 

En compagnie des frères Schleck, de Fabian Cancellara et de quatre autres coureurs de Saxo Bank, Jens Voigt rejoint en 2011 la nouvelle équipe luxembourgeoise Leopard-Trek, créée par Kim Andersen, ancien directeur sportif de Saxo Bank. Leopard-Trek obtient dès sa création une licence ProTeam, qui lui permet de participer à toutes les compétitions du calendrier de l'UCI World Tour. Âgé de 39 ans en début de saison, Jens Voigt est alors le plus vieux des coureurs du World Tour. Il prend part en début de saison à Paris-Nice, où il est sixième de la première étape, et au Critérium international, remporté par Fränk Schleck. En avril, il participe au Tour du Pays basque puis aux trois classiques ardennaises, qu'il ne termine pas. En mai, il se fracture le scaphoïde en tombant lors du Tour de Californie66. Après le Tour de Suisse en juin, il est au départ du Tour de France, en Vendée, aux côtés d'Andy et Fränk Schleck. Ces derniers terminent la course aux deuxième et troisième place du podium, devancés cette fois par Cadel Evans, premier vainqueur australien du Tour. En août, Voigt se rend aux États-Unis disputer l'USA Pro Cycling Challenge-Tour du Colorado. Il s'y classe cinquième du prologue puis huitième d'une étape contre-la-montre. Leader de l'équipe Leopard-Trek au Tour de Grande-Bretagne en septembre, il s'y fracture un doigt et doit abandonner. Pour la première fois de sa carrière, il termine une saison sans victoire, devant se contenter de trois places parmi les dix premiers, et sans figurer au classement UCI.

 

En 2012, l'équipe Leopard-Trek fusionne avec l'équipe américaine RadioShack et devient RadioShack-Nissan. Voigt s'engage avec elle pour une saison. Il demeure le coureur le plus âgé du World Tour. Sur la sixième étape de Paris-Nice, Voigt fait partie d'une échappée au long cours qui se rend au bout, mais doit s'incliner au sprint face au seul coureur ayant pu le suivre, Luis León Sánchez. Il fait également bonne figure sur le Tour de Californie, où il participe aux échappées et fait rouler le peloton, terminant deuxième du contre-la-montre remporté par David Zabriskie. Au Tour de France, il termine troisième de la dixième étape après avoir été lâché sur les pentes du Col du Grand Colombier et avoir réussi à réintégrer le groupe de tête composé de quatre coureurs. Début août, il annonce dans une conférence de presse précédant le Tour de l'Utah qu'il continue la compétition pour une année de plus mais n'a pas encore fixé son choix sur une équipe pour la saison 2013. D'autres équipes le convoitent, soit Saxo Bank-Tinkoff Bank et Sky, mais Voigt décide quelques semaines plus tard de demeurer avec RadioShack. Quelques jours plus tard, il renoue avec le succès à plus de quarante ans en remportant la quatrième étape du Tour du Colorado disputée entre Aspen et Beaver Creek, à la faveur d'une échappée. Il se détache des fuyards sur le col de l'Independance Pass, une difficulté de catégorie 1 située dans le premier tiers de la course. Il parcourt le reste de l'épreuve seul, effectuant une chevauchée solitaire de plus de cent kilomètres. Il termine la saison à la 159ème de l'UCI World Tour.

 

En 2013, il joue son rôle d'équipier et de capitaine de route sur le Tour Down Under, Paris-Nice et le Tour du Pays basque. Lors du Tour de Californie, il remporte en solitaire la cinquième étape, après avoir été à l'origine d'une bordure avec son équipe. En juillet, il dispute son seizième Tour de France. À 41 ans, il est le participant du Tour le plus âgé depuis Joaquim Agostinho en 1983.

 

En 2014, il effectue le dernier Tour de France de sa carrière et atteint à cette occasion le record de 17 participations. Il participe à sa dernière course sur route, à l'âge de 42 ans, le 24 août 2014 à l'issue du Tour du Colorado.

 

Record de l'heure :

 

Le 3 septembre 2014, Voigt annonce qu'il veut tenter de battre le record UCI de l'heure, détenu depuis 2005 par Ondřej Sosenka en 49,7 km/h. La tentative doit avoir lieu le 18 septembre 2014 au Vélodrome suisse de Granges. L'idée de battre ce record date de juin 2014. Il reprend le travail effectué, au préalable, pour Fabian Cancellara (son coéquipier chez Trek Factory Racing), qui lui renonce pour cette année. À 43 ans, Voigt doit travailler sa position sur son vélo pour améliorer sa pénétration dans l'air. Le vélo utilisé pour la tentative est montré au public le 12 septembre. La tentative a lieu le lendemain des 43 ans de Voigt. Celle-ci sera retransmise par Eurosport et la chaine Youtube de l'UCI. Avant la tentative, plusieurs personnalités du cyclisme telles Bradley Wiggins, Eddy Merckx et Chris Boardman expriment leurs opinions selon lesquelles Voigt a des chances de battre ce record.

 

Le record est battu. Devant un public de 1 600 personnes, Voigt parcourt 51,115 kilomètres durant une heure et bat le précédent record de 1,415 kilomètre. Il dépasse la précédente marque lors du 199ème tour. Voigt a utilisé une version modifiée du cadre Trek Speed Concept, avec deux roues pleines. Il a roulé avec un braquet de 54x14, soit un plateau de 54 dents à l'avant et un pignon fixe de 14 dents sur la roue arrière. Voigt s'est levé plusieurs fois au cours de la tentative, afin de relancer le vélo. Il a été plus rapide à la fin de l'épreuve qu'au début, parcourt quelques tours en moins de 17 secondes. Voigt est le plus vieux coureur et le premier Allemand à détenir ce record. La puissance moyenne lors de ce record est de 412 watts. Le président de l'UCI, présent lors du record, Brian Cookson, estime que cet évènement peut être le début d'une succession de nouvelles tentatives pour battre ce record. Le 30 octobre 2014, l'Autrichien Matthias Brändle devient le nouveau détenteur du record du monde de l'heure avec un total de 51,852 kilomètres parcourus dans l'heure soit 735 mètres de plus que Voigt.

 

L'après carrière :

 

Fin décembre 2014, il intègre le staff de l'équipe Trek Factory Racing, avec qui il a terminé sa carrière. Il est chargé de motiver et de conseiller les coureurs, notamment pour leurs entraînements. Il prévoit également de passer les diplômes pour devenir directeur sportif.

 

Le 2 janvier 2017, il réalise l'Everesting du Teufelsberg, dans le cadre d'une récolte de dons pour l'association Tour de Cure Australia.

 

Palmarès, résultats, classements :

 

Par années :

 

Amateur :

 

1991 :

  • Chrono olympique de Forst contre la montre par équipes avec l'équipe d'Allemagne N° 1 (avec Bernd Dittert, Siegfried Höbel, Jorg Welda)

 

1992 :

 

1993 :

 

1994 :

 

1995 :

 

 

 

 

1996 :

 

Professionnel :

 

1997 :

 

1998 :

 

1999 :

 

2000 :

 

2001 :

 

2002 :

 

2003 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2004 :

 

2005 :

 

2006 :

 

2007 :

 

2008 :

 

2009 :

 

 

 

 

 

 

2010 :

 

2012 :

 

2013 :

 

Résultats sur les grands tours :

 

Tour de France :

 

 

Tour d'Italie :

 

Distinctions :

 

 

Voir les commentaires

2017-05-30T20:22:38+02:00

SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS

Publié par EVE
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS
SYMPATHIQUE SORTIE DES ANCIENS CYCLISTES FLANDRES ARTOIS

Ce matin les anciens cyclistes Nos pas de calais avaient rendez-vous à Chocques 3 émet sortie de l’année

54 anciens présents Alain Molmy, Jean Réveillon, Henri Duez Bernard Duranel Bernard Juteau ; Gérard Witowski Patrick Dassonville, John Gadret, Barrez, Jacques Dutailly Virginie Pérus-Christian Crespin, Gérard Menu, Gilbert Dourdin

Un circuit de 45 KM, encadré par le club de Manquevvile Lillers, une totale sécurité,

Retour vers midi en mairie de Chocques et chaque participant eut un apéro et repas ; un eau moment entre passionné

Avant le repas le président Michel Mollet remercia chaleureusement le maire de Chocques : M. Yvon MASSART pour sa convivialité qui chauffe les cœurs des sportifs de la petite reine

Un souvenir lui a été offert par Michel Mollet et un cadre a été alloué à l’adjoint des sports

John Gadret son épouse furent mis à l’honneur pour leur implication au sein des ancien cyclistes de notre ex Flandres Artois Cyclistes

Bernard Duranel une cheville ouvrière dut également applaudi, bien de mette les valeurs bénévoles et passion vélo

A vite une réunion aussi sympathique……Guarbecques, Ligny Les Cambraisi , un critérium sur Calais à l'initiative de Bernard Delvart

 

 

Voir les commentaires

2017-05-30T07:59:36+02:00

INVITATION POUR CHACUNE CHACUN L ART DANS LA RUE A DROUVIN LE MARAIS

Publié par EVE
MAIRIE DE DROUVIN LE MARAIS   Adresse de la mairie de Drouvin-le-Marais  185, rue de l'Église 62131 Drouvin-le-Marais

MAIRIE DE DROUVIN LE MARAIS Adresse de la mairie de Drouvin-le-Marais 185, rue de l'Église 62131 Drouvin-le-Marais

 L’art se saisit de l’espace public. La constellation imaginaire à DROUVIN LE MARAIS

Au coin d’une rue, dans les impasses ou sur les places, spectacles, performances, installations se mêlent et injectent une dose d’extraordinaire dans le quotidien.

Vous êtes à inviter, par Madame Le Maire Catherine DECOURCELLE, l'ensemble du conseil Municipal, les bénévoles, Culture Commune 11 19 Loos en Gohelle, à nous retrouver le 6 juin dès  17H 15 A DROUVIN LE MARAIS face à la mairie pour des spectacles de rue.

Le public sera invité à participer

Spectacle dès 17H30 tout public

Les spectacles devraient se terminer vers 2OH45, la commune de Drouvin Le Marais organisera un bar à soupe Pour le repas du soir, nous vous proposons le principe de l'Auberge espagnole , la réception des plats se fera dés 17HOO   Salle Béthune-Bruay, Artois Lys Romane

REPAS PARTAGE :

Amenez vos meilleurs salades-plats -desserts à partager ensemble

Accueil pour les mal voyants

Je suis fière de m’investir avec ma mairie au sein de mon village, et en collaboration avec culture commune

Vous mes copines copains amis (es), toutes mes connaissances je vous invite, venez nombreux à ces spectacles de rue ,mais si la météo ne s’y prête pas ma commune prévoit un repli en intérieur

Retenez cette date dans vos agendas

 

 

 

 

 

LIBRETE 17H30-18h10

LIBRETE 17H30-18h10

 

 LIBRETE : Libreté se présente comme un nouveau concept de la liberté à explorer.
Le spectacle déroule une succession de 7 scénettes épurées mettant en scène 2 enfants qui jouent à interpréter des rôles d’adulte. Les personnages principaux, un roi et une fillette rebelle, apparaissent en alternance dans une suite de scénarios où chacun poursuit son propre imaginaire
.

 

L’ART OSE 18H25-19H1O

L’ART OSE 18H25-19H1O

L’ART OSE l’existence, comme terrain de tous les possibles. Quel autre endroit que l’espace public pouvait répondre à notre envie de briser les murs ?
La philosophie : vivre l’instant présent aux côtés des gens, sans artifices et pousser toujours plus loin les codes du théâtre et de l’improvisation.

L’adresse directe au public et la bonne humeur sont les moteurs qui portent toutes nos créations.

RODE BOOM 19H45 -2OH40

RODE BOOM 19H45 -2OH40

 

RODE BOOM techniques du monde de l’illusion et du mentalisme comme une palette artistique. Les questions autour de ce que nous croyons ou voulons croire, sur l’existence ou l’absence du hasard, sont récurrentes. A travers un conte poétique, les représentations, installations et performances viennent mettre à nu notre désir de connaitre le sens caché des choses

 

Shéma des spectacles de la constellation imaginaire sur la pâture derrrère notre mairie et salle Salle Béthune-Bruay, Artois Lys Romane

Shéma des spectacles de la constellation imaginaire sur la pâture derrrère notre mairie et salle Salle Béthune-Bruay, Artois Lys Romane

Voir les commentaires

2017-05-30T05:40:00+02:00

TONY MARTIN

Publié par EVE
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN
TONY MARTIN

TONY MARTIN

 

Tony Martin est né le 23 avril 1985 à Cottbus en Allemagne et membre de l'équipe Katusha-Alpecin. Il fait ses débuts professionnels en 2008 au sein de l'équipe High Road. C'est un spécialiste des contre-la-montre et des courses par étapes. Il a notamment remporté l'Eneco Tour en 2010, Paris-Nice en 2011, le championnat d'Allemagne du contre-la-montre six fois ainsi que le championnat du monde du contre-la-montre en 2011, 2012, 2013 et 2016.

 

Enfance et carrière amateur :

 

Tony Martin est formé au RSV Seeheim, avec lequel il remporte de nombreuses victoires, et notamment le titre de Champion d'Allemagne du contre-la-montre junior en 2003. Il rejoint l'année suivante l'équipe TEAG Köstritzer, avec laquelle il se consacre au cyclisme sur route, mais aussi sur piste, avec succès. Il remporte ainsi le titre de Champion d'Allemagne de poursuite par équipes en 2004, puis, en 2005, deux étapes du relevé Giro delle Regioni, qui lui valent une place de stagiaire dans l'équipe Gerolsteiner. Il y remporte sans tarder sa première victoire professionnelle dans le contre-la-montre en côte du Regio Tour, puis termine sixième des Championnats du monde du contre-la-montre espoirs.

 

Malgré ces succès, Martin ne trouve pas d'équipe professionnelle l'année suivante, et passe deux nouvelles années dans l'équipe Thüringer Energie. En 2006, il y remporte le Tour de Thuringe et le Championnat d'Allemagne du contre-la-montre espoirs. Grâce à sa remarquable régularité, il remporte également la Coupe d'Allemagne espoirs devant son coéquipier Sebastian Schwager.

 

En 2007, Martin réussit de très nombreuses performances sur les courses espoirs de deuxième catégorie. Il termine deuxième du Tour de Thuringe, et remporte notamment la Coppa Citta di Asti et la FBD Insurance Rás. En septembre, il porte deux jours le maillot jaune sur le Tour de l'Avenir, mais termine deuxième, derrière Bauke Mollema. Ces excellents résultats lui valent naturellement un contrat avec une équipe de haut niveau, High Road.

 

Carrière professionnelle :

 

2008 :

 

Martin confirme rapidement ses aptitudes pour les contre-la-montre. Dès sa première saison, il remporte trois contre-la-montre, sur le Tour de l'Ain, le Ster Elektrotoer, et surtout le Tour d'Allemagne. Il termine également sur le podium de cinq autres contre-la-montre, dont deux fois sur le Tour d'Italie, son premier grand tour, sur le Championnat d'Allemagne du contre-la-montre, et sur l'étape contre-la-montre du Critérium international de la route. Il termine également septième du Championnat du monde du contre-la-montre, prouvant s'il était besoin qu'il était bien devenu dès sa première saison un des meilleurs rouleurs du monde.

 

Martin s'illustre encore rarement dans les classements finals des courses par étapes, à l'exception du Tour de Saxe dont il prend la troisième place, mais réussit de belles performances sur certaines courses d'un jour. Il remporte ainsi sa première course de la saison sur le Hel van het Mergelland, devançant au sprint son coéquipier et compagnon d'échappée, Adam Hansen.

 

2009 :

 

Dès le début de la saison 2009, Tony Martin confirme ses aptitudes pour l'exercice chronométré, termine quatrième du prologue de Paris-Nice, puis remportant la 3ème étape du Critérium international de la route. Il termine également septième du Tour de l'Algarve (grâce à sa sixième place dans le contre-la-montre), et de la Clásica de Almería.

 

Il participe au mois de juin au Tour de Suisse, et à la razzia de son équipe sur les victoires d'étapes (6 sur 9). Il remporte l'étape reine arrivant en altitude à Crans-Montana devant Damiano Cunego. Il réitère une belle performance le lendemain en prenant la seconde place du chrono derrière Fabian Cancellara. C'est également la place qu'il obtient au général à l'arrivée.

 

Vient ensuite le Tour de France, le premier auquel il participe. Son prologue est réussi puisqu'il termine huitième à 33 secondes de Cancellara. Puis il est la surprise de la première grosse étape de montagne, à Arcalis, terminant seizième en compagnie des principaux favoris, dans un groupe à 11, comprenant notamment Lance Armstrong, Andy Schleck ou Cadel Evans. Mais il subit un coup de moins bien dans les Alpes, rétrograde jusqu'à la 50ème place au général au soir de la 17ème étape. Sa fin de Tour est meilleure : il finit onzième du chrono d'Annecy et profite également de l'avant dernière étape pour s'illustrer, il arrive second au Mont Ventoux, seulement battu au sprint par Juan Manuel Garate. Il a également été précieux dans les sprints de son coéquipier Mark Cavendish, en étant un des maillons essentiels du train qui l'emmenait. Il termine donc finalement 36ème de son premier Tour de France et devient un prétendant aux bonnes places sur les grands Tours à l'avenir.

 

 

 

 

 

 

2010 :

 

Début 2010, Tony Martin se blesse au genou. Il repousse donc son début de saison, avec de moindres ambitions. Lors de Paris-Nice, il abandonne pendant la dernière étape alors qu'il occupe la 108ème place au classement général. Il participe ensuite au Tour de Catalogne, à l'Amstel Gold Race, la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège, où il reste loin des premières places. Il obtient son premier succès en mai, lors du Tour de Californie, dont il remporte la septième étape, un contre-la-montre où il devance Michael Rogers et David Zabriskie.

 

Tony Matin participe ensuite au Tour de Suisse, où il finit sixième après avoir été leader du classement général pendant trois jours et remporté la dernière étape, disputée contre-la-montre. Avec cette victoire, il est le seul coureur à battre Fabian Cancellara en 2010 sur une épreuve chronométrée de plus de 10 kilomètres. Fin juin, il devient champion d'Allemagne du contre-la-montre. Il arrive sur le Tour de France avec le statut de co-leader de l'équipe HTC-Columbia pour le classement général, avec Michael Rogers. Il finit deuxième du prologue, à 10 secondes de Fabian Cancellara et porte le maillot blanc de meilleur jeune durant quatre étapes. Malgré une très bonne entame de Tour, il rate le reste de sa course, finissant loin au général (137ème). Comme lors du prologue, il finit deuxième derrière Cancellara lors de la 19ème étape, le contre-la-montre de Pauillac.

 

Martin remporte en août l'Eneco Tour ainsi que la dernière étape, sa quatrième victoire en contre-la-montre en 2010. Il participe au Tour de Grande-Bretagne pour se préparer au championnat du monde du contre-la-montre à Melbourne en Australie. Il finit troisième de ce dernier, comme en 2009, derrière David Millar et Fabian Cancellara. Il manque la deuxième place à cause d'une crevaison à moins de huit kilomètres de l'arrivée, qui lui coûte plus de 40 secondes.

 

2011 :

 

Devenu l'un des meilleurs rouleurs du monde, il commence sa saison 2011 au Challenge de Majorque. Il participe ensuite au Tour de l'Algarve où, après avoir fini quatrième de la 3ème étape au sommet de Malhão, il remporte le contre-la-montre de la dernière étape, s’adjugeant ainsi le classement final. Il vise ensuite le top 5 de Paris-Nice, « un des grands objectifs de [sa] saison ». Il remporte, notamment grâce à sa victoire dans le contre-la-montre, cette « course au soleil », qu'il considère comme « le plus gros succès de [sa] carrière ».

 

Au Tour de France 2011, il remporte le contre-la-montre individuel de 43 km à Grenoble le samedi 23 juillet, devant Cadel Evans. Il récidive lors de la 10ème étape du Tour d'Espagne où il devance notamment Bradley Wiggins et Fabian Cancellara de plus d'une minute. Cette victoire le positionne en favori pour le championnat du monde du contre-la-montre.

 

Le 31 août, le Het Nieuwsblad annonce le transfert de Tony Martin dans l'équipe Quick Step, qui deviendra Omega Pharma-Quick en 2012. L'information de son transfert sera rendu officielle le lendemain.

 

Le 21 septembre 2011, il participe aux championnats du monde du contre-la-montre à Copenhague au Danemark dont il est le grand favori avec le Suisse Fabian Cancellara. Il remporte la course avec plus d'une minute d'avance sur le second, le britannique Bradley Wiggins et devient ainsi le troisième allemand champion de la spécialité après Jan Ullrich et Bert Grabsch.

 

2012 :

 

Il revient au premier plan lors du Tour du Pays basque dans lequel il se classe troisième de l'ultime contre-la-montre et cinquième du classement général. La semaine suivante, il est renversé par une voiture à l'entrainement, souffrant de plusieurs fractures au visage, ainsi qu'à l'omoplate gauche et à un bras.

 

Présent sur le Tour de France, Tony Martin subit une crevaison qui ne lui permet pas de lutter pour la victoire lors du prologue. Le lendemain, il est victime d'une chute et continue la Grande Boucle avec une fracture du scaphoïde gauche. Présent jusqu'au premier contre-la-montre, il y termine douzième malgré une nouvelle crevaison. Il abandonne au terme de cette étape et a comme objectif suivant les Jeux olympiques.

 

Lors de ces Jeux, Tony Martin obtient la médaille d'argent du contre-la-montre, battu de 42 secondes par le vainqueur du Tour Bradley Wiggins.

 

Le 16 septembre, il remporte le nouveau championnat du monde du contre-la-montre par équipes de marque avec ses coéquipiers de l'équipe Omega Pharma-Quick Step Sylvain Chavanel, Tom Boonen, Niki Terpstra, Kristof Vandewalle et Peter Velits, à une moyenne horaire de 50,534 km/h. Il conserve ensuite son titre de champion du contre-la-montre, en l'absence de Fabian Cancellara et de Bradley Wiggins, en devançant de cinq secondes l'Américain Taylor Phinney.

 

 

 

 

 

 

2013 :

 

Lors de la première partie de la saison 2013, Tony Martin remporte tous les contre-la-montre auquel il participe, notamment au Tour de Romandie et au Critérium du Dauphiné. Au Tour de France, il obtient sa deuxième victoire d'étape au Mont Saint-Michel, devançant Christopher Froome de 12 secondes. Aux Championnats du monde, il réalise à nouveau le doublé contre-la-montre par équipes et contre-la-montre lors duquel il remporte l'épreuve haut la main en relégant à plus de 45 secondes ses rivaux Bradley Wiggins et Fabian Cancellara. Une fois la saison terminée, Martin se fait opérer du scaphoïde gauche fracturé durant le Tour de France 2012 et qui avait mal consolidé.

 

2014 :

 

Tony Martin gagne tout d'abord la première étape de Tirreno-Adriatico en contre-la-montre par équipes. Il remporte ensuite les deuxième et sixième (contre-la-montre) étapes du Tour du Pays basque. En juin, il remporte le Tour de Belgique, une victoire forgée lors de son succès sur le contre-la-montre. C'est sa troisième victoire d'affilée dans cette course par étapes. Il prend la tête du Tour de Suisse dès le début de cette course grâce à sa victoire dans le contre-la-montre initial de 9,4 km. Il accentue son avantage en remportant la septième étape, un contre-la-montre de 24,7 km. Résistant ensuite dans la première étape de montagne, il perd finalement l'épreuve le dernier jour au terme d'une nouvelle étape de montagne. Il est finalement quatrième.

 

Avant le Tour de France, Martin remporte un quatrième titre national en contre-la-montre. Sur le Tour de France, il gagne la neuvième étape à l'issue d'une échappée. Lors de la deuxième journée de repos, la prolongation de contrat de Martin de deux ans dans l'équipe est annoncée. En fin de Tour, il gagne le contre-la-montre Bergerac-Périgueux avec plus d'une minute et demi d'avance sur le deuxième, Tom Dumoulin. Il termine à la 47ème place du classement général. Un mois plus tard, il prend le départ du Tour d'Espagne. Il y remporte la dixième étape, un contre-la-montre, et abandonne lors de la quinzième étape. Aux championnats du monde, organisés à Ponferrada en Espagne, il dispute les trois épreuves masculines. Avec Omega Pharma-Quick Step, il perd le titre de champion du monde du contre-la-montre par équipes et prend la médaille de bronze derrière les équipes BMC et Orica-GreenEDGE. Au contre-la-montre individuel, il est battu pour la première fois depuis 2010. Il est devancé de 26 secondes par le Britannique Bradley Wiggins et obtient la médaille d'argent.

 

2015 :

 

En 2015, Tony Martin remporte la troisième étape du Tour de l'Algarve et la sixième étape du Tour de Romandie en contre-la-montre. En juin, il gagne pour la cinquième fois le championnat d'Allemagne du contre-la-montre. Sur le Tour de France, il est battu dans le contre-la-montre initial par Rohan Dennis. Les deux jours suivants, le maillot jaune passe sur les épaules de Fabian Cancellara puis Christopher Froome, Martin étant à chaque fois deuxième du classement général. La quatrième étape emprunte plusieurs secteurs pavés. Martin s'échappe du peloton à trois kilomètres de l'arrivée et s'impose, ce qui lui permet d'obtenir le maillot jaune. Il chute dans le dernier kilomètre de la sixième étape. Il finit l'étape malgré une fracture ouverte de la clavicule gauche nécessitant une intervention chirurgicale, ce qui provoque son abandon. À la guérison de cette blessure, il participe au Tour Poitou-Charentes.

 

Martin est sélectionné pour les championnats du monde de Richmond. Attendu pour viser le titre en contre-la-montre, il est également retenu pour la course en ligne, où les chefs de file allemands sont André Greipel et John Degenkolb.

 

2016 :

 

En 2016, après avoir participé au Dubaï Tour, Tony Martin est présent au Tour de l'Algarve. Contrairement à 2015, il n'y remporte pas le contre-la-montre où il est dominé pour 3 secondes par Fabian Cancellara. Il est néanmoins en tête de l'épreuve pendant deux jours grâce à ce résultat mais est distancé dans la dernière étape qui voit Geraint Thomas remporter le classement général. Martin s'engage ensuite sur les classiques flandriennes, inspiré en cela par sa victoire sur le Tour de France 2015 sur une étape de ce profil. Au mois d'août il signe un contrat de deux ans avec la formation Katusha-Alpecin. Au mois d'octobre, il devient pour la 4ème fois champion du monde contre-la-montre individuelle à Doha au Qatar, 3 jours après avoir été sacré sur le contre-la-montre par équipes.

 

 

Palmarès, résultats et distinctions :

 

Par années :

 

Palmarès amateur :

 

2002 :

 

2003 :

 

 

2004 :

 

2005 :

 

2006 :

 

2007 :

 

 

Palmarès professionnel :

 

2008 :

 

2009 :

 

2010 :

 

2011 :

 

2012 :

 

2013 :

 

2014 :

 

 

 

2015 :

 

2016 :

 

2017 :

 

 

 

Résultats sur les grands tours :

 

 

  • Tour d'Italie :
    • 1 participation

 

 

Distinctions :

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog